Pourquoi "J'ai rien à me mettre" ? | Révélez Votre Image

Pourquoi « J’ai rien à me mettre » ?

Et si on allait regarder de plus près ce qui se cache dans nos dressings ?

Devant une penderie qui déborde, quand on se dit « j’ai rien à me mettre », ce n’est pas forcément exagéré. Notre penderie déborde de vêtements, donc logiquement on devrait avoir plein de possibilités… D’où vient donc ce sentiment de « j’ai rien à me mettre » dans ce cas ?

Il y a 2 explications à ce phénomène :

  • Plus on a d’options plus le choix est difficile à faire, voire impossible, notre cerveau est alors comme paralysé.
  • Notre penderie déborde, certes, cependant il y a beaucoup de vêtements qui sont là mais qu’on ne met pas. Et ces vêtements nous envahissent visuellement et nous empêchent de voir ceux qu’on voudrait mettre.

 

Trop de choix tue le choix !

Cela peut sembler paradoxal, mais plus on a de choix à notre disposition, plus nous sommes bloqués dans notre capacité à choisir. Pire encore, lorsque nous faisons finalement un choix, nous en sommes moins satisfaits que si nous avions eu moins d’options possibles.

Pour illustrer ce principe, voici une expérience de marketing étonnante réalisée par les universités de Stanford et de Columbia.

Une table proposait aux passants de goûter à des confitures avant de les acheter.

Lorsque 24 confitures différentes étaient proposées, 3% des gens achetaient un pot.
Lorsque 6 confitures différentes étaient proposées, ce chiffre grimpait à 30%. Soit dix fois plus !

Cette étude montre que l’abondance de choix freine la capacité à arrêter son choix sur une des options proposées.

Autre exemple, que vous avez peut-être même déjà expérimenté. A l’époque de la télévision publique, où, il n’y avait que trois chaînes disponibles, on avait tôt fait de fixer son programme. Aujourd’hui, télécommande en main, on peut zapper pendant 15 minutes devant les centaines de chaines disponibles. La trop grande diversité de l’offre renforce notre indécision et provoque même une certaine insatisfaction : celle de ne pas trouver le programme idéal.

 

Trop de choix paralyse notre capacité à choisir (photo de gauche : Clueless)

Trop de choix paralyse notre capacité à choisir (photo de gauche : Clueless)

 

Hé bien, devant un dressing qui déborde, on est dans le même cas de figure. Avec trop d’options à notre disposition, nous nous retrouvons dans l’incapacité à faire un choix satisfaisant. D’où le fameux « j’ai rien à me mettre » !

De nombreuses études l’ont montré : on ne porte en général que 20% de notre penderie ! Les 80% restant nous donnent l’illusion d’avoir plein d’options possibles et nous freinent dans nos choix.

Et pourtant, quand on se dit « j’ai rien à me mettre », souvent une solution vers laquelle on se tourne c’est d’aller faire du shopping, d’acheter de nouveaux vêtements et donc de remplir un peu plus notre penderie. Et donc d’alimenter le problème…

 

Photos : L'accro du shopping & Mon armoire déborde

Photos : L’accro du shopping & Mon armoire déborde

 

Pour beaucoup d’entre nous, et depuis des années, l’alimentation en continu de notre penderie est l’option choisie pour remédier au problème de n’avoir rien à se mettre. Pour pallier à cela on accumule toujours plus et on se retrouve dans la situation des 24 pots de confiture ou des centaines de chaines disponibles…

Et si on se posait 5 minutes pour repenser le problème. Et si la solution était au contraire de vider son armoire pour en finir avec ce dilemme quotidien ?

 

Les « envahisseurs » jamais portés

Notre armoire est souvent envahie par tout plein de parasites qui occupent de la place et les vêtements que l’on porte réellement (environ 20%) sont littéralement noyés dans la masse.

Je suis sûre que vous avez quelques exemplaires de ces envahisseurs dans vos armoires !

  • Les vêtements abimés, troués, tachés, boulochés… mais qu’on n’a pas jeté parce qu’on est bien dedans. On a tous des vêtements doudou qu’on garde pour leur confort rassurant. Mais quand on veut être « présentable » on ne se tourne pas vers ces vêtements-là !
  • Les vêtements trop grands ou trop petits qu’on garde au cas où on grossirait ou maigrirait… Oui mais là, maintenant, tout de suite… ils ne sont pas à notre taille. Il n’est pas question de les porter !
  • Les vêtements qui sont très beaux, qui ont couté très cher mais dans lesquels on n’est vraiment pas confortable et que, non on n’a pas du tout envie de porter aujourd’hui, demain peut-être…
  • Les cadeaux, les erreurs d’achat, tous ces vêtements qui ont peut-être encore leur étiquette, et qui ne sont pas représentatifs de notre style, si on les met on se sent déguisée.
  • Et puis il y a ceux qu’on aime beaucoup, qu’on adorerait porter, mais alors, aucune idée de comment les associer, du coup ils restent là à attendre sagement leur tour.

 

Trop grand, pas mettable, abimé...

Trop grand, pas notre style, abimé… et pourtant ils sont encore dans nos penderies !

 

Vous les reconnaissez tous ces envahisseurs de penderie ? Tous ces vêtements qui occupent une place non négligeable dans nos penderies, qui la font déborder. Ils sont là mais on ne les porte pas ou très peu. Ils nous empêchent de voir notre « vraie » garde-robe : celle qui sert vraiment, que l’on utilise au quotidien, qui nous plait et qui nous va.

Ils nous donnent l’illusion d’avoir de nombreuses options à notre disposition et nous empêchent de choisir sereinement notre tenue du jour.

 

Allez donc jeter un œil dans votre dressing et dites-moi en commentaire si vous arrivez à identifier vos envahisseurs de penderie !

Vous êtes surprise par le concept « trop de choix tue le choix » ou au contraire convaincue ? Partagez vos réflexions en commentaires, j’ai hâte de connaitre votre point de vue.

Laisser un commentaire 0 commentaires